Venezuela : la présence des Russes, Chinois et Iraniens secoue la doctrine US de Monroe

L’administration Trump est manifestement bien gênée depuis que des appareils iraniens, russes et chinois se sont posés sur les pistes de l’aéroport international Simon Bolivar à seulement quelques kilomètres de la capitale du Venezuela.

Selon le site francophone de la télévision iranienne Press TV, le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, a lancé cette semaine un avertissement sévère aux pays considérés comme des obstacles à l’influence de Washington sur l’Amérique latine.

Interrogé par l’animateur de radio Newsweek, Hugh Hewitt, sur l’arrivée des avions russes, chinois et iraniens pour soutenir le gouvernement de Nicolas Maduro au Venezuela, Bolton a répondu :

« Le président Trump est déterminé à ne pas voir le Venezuela tomber sous l’emprise de puissances étrangères. »

Toujours selon Press TV, l’alter ego de Trump a ensuite évoqué la doctrine Monroe, qui a été créée sous le cinquième président des États-Unis, James Monroe, au début du XIXe siècle.

Cette doctrine avait été utilisée pour limiter l’influence européenne dans les Amériques et a été à la base de la plupart des politiques de Washington dans cette région du continent américain.

« Si la doctrine Monroe échoue, si la Chine et la Russie, ainsi que Cuba, établissent leur domination sur le Venezuela, je pense que les intérêts stratégiques américains seront lésés », a déclaré Bolton.

« Et comme je l’ai dit au début, le peuple du Venezuela sera pris au piège de cette dictature. Nous voyons ici la preuve palpable de huit années d’erreurs dans la politique de l’administration Obama ».

Tout en arguant préférer une transition pacifique du pouvoir au Venezuela, Bolton a réitéré une fois de plus que pour les États-Unis «toutes les options sont sur la table ».

« Regardez, notre objectif est une transition pacifique du pouvoir à Juan Guaidó et à l’opposition », a poursuivi Bolton. « Mais n’oublions pas que nous avons entre 40 000 et 50 000 citoyens américains au Venezuela. »

« Nous avons des pays, comme vous l’avez mentionné, la Colombie et le Brésil à la frontière avec des millions de réfugiés vénézuéliens qui sont passés par là. Des organisations terroristes comme l’ELN (Armée de libération nationale) et les FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) menacent la Colombie, a-t-il déclaré. Ajoutant : “Nous allons protéger les intérêts nationaux américains, et Maduro doit savoir que le président Trump est très sérieux quand il dit que toutes les options sont sur la table.”

source:http://french.almanar.com.lb/1321476

error: Content is protected !!