Le Venezuela s’engage à respecter les engagements pétroliers envers Cuba malgré les sanctions

Le Venezuela respectera ses engagements vis-à-vis de Cuba, en dépit des sanctions imposées par les États-Unis contre les expéditions de pétrole du pays sud-américain à son allié idéologique, a déclaré hier lundi le ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza.

Washington a imposé vendredi dernier des sanctions à 34 navires appartenant à la compagnie pétrolière publique Petroleos de Venezuela, ou exploités par celle-ci, ainsi qu’à deux sociétés et à un navire ayant déjà livré du pétrole à Cuba, dans le but d’étouffer une source cruciale de pétrole brut pour les communistes.

Le Venezuela envoie depuis longtemps du brut subventionné à Cuba. Les États-Unis décrivent cet arrangement comme un régime contre la répression dans lequel La Havane aide le président socialiste Nicolas Maduro à faire face à une crise économique et à une lutte de pouvoir avec l’opposition en échange de carburant.

Lorsque le pouvoir conventionnel du capitalisme vous attaque, vous devez savoir comment réagir par des moyens non conventionnels, dans le respect du droit international, a déclaré à la presse Arreaza.

La mesure de vendredi est intervenue après que des sanctions plus larges aient été infligées à PDVSA par Washington en janvier dans le cadre de sa tentative d’éviction de Maduro. Les États-Unis, de même que la plupart des pays occidentaux, reconnaissent le dirigeant légitime du Venezuela, Juan Guaido. Guaido a invoqué la constitution du pays pour assumer une présidence intérimaire en janvier, arguant que la réélection de Maduro en mai 2018 était un simulacre.

Le mois dernier, l’opposition a ordonné la fin des expéditions de pétrole à Cuba, mais PDVSA contrôlée par des officiers fidèles à Maduro a poursuivi ses exportations.

Le dernier envoi de carburant à destination de Cuba a quitté le port de Jose, le 4 avril, transportant du gaz de pétrole liquéfié, selon les données de Refinitiv Eikon. Dans la seconde moitié de mars, deux pétroliers transportant du pétrole brut et deux pétroliers transportant des produits raffinés sont partis pour Cuba.

Le seul pétrolier sanctionné vendredi, le Despina Andrianna, rentre actuellement à José après avoir déchargé du brut à la raffinerie cubaine de Cienfuegos en mars. Trois autres navires attendent au large du Venezuela pour charger des cargaisons à destination de Cuba.

 

Loading...