Haiti: Un chef de gang et dix présumés bandits arrêtés

PORT-AU-PRINCE – Du 14 au 15 avril 2019, le climat sécuritaire s’est dégradé au centre-ville de Port-au-Prince où les individus armés n’ont pas chômé. Des maisonnettes seraient incendiées dans la zone appelée « Tokyo » non loin de plusieurs « bases » de la Police, à savoir circulation, l’inspection générale et l’espace où est logé le Corps d’intervention et de maintien d’ordre (CIMO).

Le Commissaire principal de police de Port-au-Prince informe que dix (10) présumés bandits et un chef de gang ont été arrêtés par les forces de l’ordre, les 14 et 15 avril 2019.

« La police travaille sans relâche pour rétablir un climat de paix dans des zones sensibles où les individus armés sèment la terreur », a tenté de rassurer le commissaire Joël Casséus qui présentait les actions réalisées en ce sens par l’institution policière, au cours de la période pré-citée.

Parmi les 10 présumés bandits arrêtés, sept (7) d’entre eux font parties des gangs armés qui s’affrontent dans le quartier de la Saline. Les autres, eux, sont membres d’un gang armé qui opère dans la commune de Carrefour, a précisé Joël Casséus.

Par ailleurs, le responsable du commissariat de Port-au-Prince a donné la garantie que la présence des agents de la PNH sera augmentée dans les zones dites sensibles.

Le Commissaire principal en a profité pour annoncer l’ouverture d’une « enquête préliminaire », pour faire la lumière sur le dossier d’un individu – Ti abo ainsi connu – tué par la police.

Selon Joël Casséus, le dossier abordé par le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) est différent des données fournies par les agents présents dans la patrouille policière qui s’est rendue sur les lieux.

Source/Vant bèf info (VBI)
Photo/Archives
www.anmwe.com

error: Content is protected !!