Arcahaie : Jovenel Moïse et le député Féquière Julien hués, la mairesse Rosemila Petit-Frère ovationnée

La mairesse de l’Arcahaie n’a pas fait de cadeau au pouvoir Tèt Kalé, dont des membres sont accusés de complicité avec des groupes armés, notamment le délégué départemental de l’Ouest cité dans un rapport de la DCPJ. Petit-Frère a volé la vedette au président Jovenel Moise dont les nouvelles promesses annoncées samedi, n’ont eu aucun effet escompté sur la foule habituée à ces passages de l’évangilePour eux le projet de l’électricité 24/24 dont a fait mention le chef de l’Etat, était programmé pour fin juin 2019 et non une annonce de convocation des députés pour statuer sur un accord encore secret et non divulgué dans la presse

Mauvaise fête du drapeau pour le président Jovenel Moïse et le député de l’Arcahaie, Pierre Féquière Julien.

Les allocutions prononcées par ces deux officiels ont été accueillies par des slogans hostiles venus d’une foule d’Archelois déçue par les promesses non tenues et les formules creuses ressassées à répétition.

Le président Jovenel Moïse, qui, pour ce 216e anniversaire de la création du bicolore, a dû se résigner à se présenter au rendez-vous annuel sans les présidents des deux chambres du parlement et les plus importants ambassadeurs du Core Group (États-Unis, Canada,…), a été chahuté et contredit dans ses déclarations.

La baisse du taux-directeur des prêts annoncée par M. Moise, est prise par les participants pour une nouvelle forme de propagande ou de promesse. Cette partie du discours de l’élu de PHTK, n’est suivie d’aucun applaudissement.

Quelques haïtiens massés sur la Place du drapeau à l’Arcahaie, qui gardent encore en mémoire des images fraîches tournées en direct par la télévision d’Etat, dimanche dernier au Parlement, ont, semble-t-il, affiché un mépris et accordé peu de considération à l’intervention du président Jovenel Moise.

Celui-ci dans sa persistance de garder en poste et même doubler son pouvoir, un ministre de la Justice ayant avili le pays dans l’affaire des 7 présumés mercenaires, n’a aucun message de sincérité à apporter au Jour du Drapeau, ont dénoncé des manifestants qui n’ont pas manqué, par leurs gestuelles, de dire non « aux mensonges » du président.

Loading...