17 avril : Journée mondiale des luttes paysannes

Chaque année, le 17 avril est une occasion de sensibiliser la population aux luttes des paysans d’ailleurs et d’ici.

Instaurée par les membres de Via Campesina en mémoire des paysans du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre du Brésil (MST) assassinés par des tueurs à la solde des grands propriétaires terriens, la journée mondiale des luttes paysannes se tient le 17 avril de chaque année dans le monde.

Partout dans le monde, les paysans – qui forment plus de la moitié de la population de la terre -sont touchés par le rouleau compresseur de la globalisation des échanges économiques et culturels.

Les luttes paysannes concernent autant le droit à la terre que le droit à la transmission des semences. Dans plusieurs régions du monde, les luttes paysannes sont réprimées dans le sang et font des centaines de victimes annuellement. Plusieurs meurent sous les balles, mais autant se suicident, acculés à la faillite et à la misère par les propriétaires fonciers, les multinationales de l’agroalimentaire et des biotechnologies et des gouvernements complices.

En Haïti, les paysans ont toujours été victimes de la bourgeoisie et des grands dons, mais n’abandonnent pas la lutte pour le partage des richesses et leur dignité humaine.

Dans cette société inégalitaire, cette lutte a été des fois détournée ou réprimée par les classes dominantes.

En témoigne les nombreux massacres, comme celui de Jean Rabel en 1987, celui de Piatre en mars 1990 et l’horrible massacre de Marchaterre perpétré par les occupants américains en 1929.

Moins connue a été le massacre des paysans dans le Sud-Est, en 1964, où des centaines d’entre eux ont été victimes de la furie des sbires de Duvalier dans les régions de Thiotte, Mapou, Grand Gosier et Belle Anse.

Loading...