Gary Bodeau : « Les jours du Premier ministre sont comptés »

« Par rapport à ce que je vois, les jours du Premier ministre Jean-Henry Céant sont comptés », a confié au journal Le Nouvelliste le président de la Chambre des députés, Gary Bodeau, vendredi 15 mars. C’est une majorité de députés proches du président Jovenel Moïse qui ont signé cette interpellation.

La non-réception, vendredi, par la Primature de la lettre d’invitation du Premier ministre Céant à cette séance d’interpellation est anecdotique. Avec ou sans la présence du notaire et de son cabinet la séance se tiendra, a expliqué le président de la Chambre des députés, Gary Bodeau, qui a écrasé un regret. Cette interpellation, a-t-il déploré, est « l’expression d’un dialogue de sourds au sein même de l’exécutif, entre le Premier ministre et son gouvernement ».

« L’interpellation d’un Premier ministre est un acte politique. J’espère rapidement, si cette interpellation aboutit à un vote de non-confiance, que le président de la République s’active avec la classe politique pour former un nouveau gouvernement, sans tergiversations, afin que le cycle constitutionnel se poursuive, afin de poser les problèmes économiques du pays. L’instabilité politique n’est profitable à personne », a soutenu Gary Bodeau, qui esquisse le profil du prochain Premier ministre : « un technocrate issu du secteur politique ».

Pour Gary Bodeau, qui se dit favorable à un dialogue politique avec l’opposition, le prochain Premier ministre, un homme ou une femme, doit être un chef d’orchestre qui dirige un gouvernement composé de ministres ayant un carnet d’adresses, des ministres capables de rassurer les bailleurs, les investisseurs, gérer des questions importantes liées à la subvention au secteur de l’énergie, à la libéralisation du marché des produits pétroliers, ayant de meilleurs rapports avec la BRH.

Roberson Alphonse Source Le Nouvelliste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!